Lycée Henri Parriat : remise des bourses Marchetta

Ce lundi soir, Alain Deviller, Ambassadeur de la Fondation Marketa en Bourgogne, s’est rendu au Lycée Henri Paglia et a remis deux chèques de 1 500 € à deux élèves d’une classe préparatoire.

La cérémonie a commencé devant le vice-principal de l’établissement, qui est resté séparé. Il a également été le parrain de deux étudiants présents, un ancien élève et Lionel Dupaley de la ville.

Ce lundi soir, il s’agissait de remettre la première partie de la bourse, qui sera renouvelée pour cinq ans et dont le montant peut varier selon le cursus de formation du bénéficiaire.

Comme le disait le vice-principal, « les bourses permettent de gravir les échelons sociaux dans la rizière.

Depuis plusieurs années maintenant, deux lycéens de notre classe préparatoire reçoivent chaque année des bourses de la Fondation Marketta. Ceci est considéré comme une aide substantielle, aidant les jeunes à poursuivre leurs études.

Lire Aussi :  le nouveau kit de contrôleur d'accessibilité personnalisable pour PS5

La Fondation Marketta devient une fondation d’ascenseur social

Alain Deviller, s’exprimant au nom de la Fondation Marketa, a également montré que la Fondation Marketa est en train de devenir une fondation d’ascenseur social. Si initialement centrée sur le financement de la recherche en ingénierie, celle-ci élargit son champ d’activité.

Indiquez également clairement que vous devez trouver une école secondaire ou un bureau connexe. L’idée est aussi de promouvoir le métier d’ingénieur.

En ce sens, des personnes engagées accompagnent les élèves en classes préparatoires puis en ingénierie pour accompagner leur évolution professionnelle.

Pour Alain Deviller, la réforme du baccalauréat est une préoccupation avec une sélection déclinante des spécialités des sciences de l’ingénieur.

Pour les ingénieurs, « La technologie doit être maîtrisée. Aujourd’hui on parle d’hydrogène, d’électricité, de décarbonation. Il y a une grosse demande d’air au niveau des ingénieurs. Leur chemin est clair. Pour les filles aussi j’aimerais vous interroger.

Lire Aussi :  Au-delà du baratin : expliquer le 20e Congrès national du Parti communiste chinois

Actuellement en classe préparatoire au Lycée Henri Paria, il y a une fille en première, deux filles en deuxième et aucune en troisième.

De plus, Alain Deviller a montré l’importance d’avoir un ingénieur avec une formation plus technique, comme un baccalauréat spécialisé. »

Lorsque le chèque a été remis aux deux bénéficiaires, ils étaient entourés des deux bénéficiaires de l’année précédente.

Ludo Durand, 20 ans, a été le premier à recevoir le chèque et était très content. Titulaire d’un diplôme professionnel d’aviation, il suit des classes préparatoires. Ludo, originaire de Savoie près de Chambéry, envisage de devenir ingénieur aéronautique. Auparavant, il s’est formé au Lycée Astier au Palais Le Monial. J’ai appris l’existence de la bourse Marketta au milieu de ma première année et j’ai postulé.

Lire Aussi :  La guerre de l’Ukraine est aussi numérique

Ibragim Djarmuzaev, 19 ans, est le deuxième vainqueur de la soirée. Avant d’intégrer les classes préparatoires, j’ai suivi une formation aux systèmes numériques au lycée Antoine de Chenove à Dijon.

S’il ne se projette pas dans des choix scolaires ou dans le secteur informatique, on sait qu’il a déjà envie de travailler dans l’ingénierie financière ou les mathématiques.J’ai grandi à Dijon. C’est une grande opportunité pour lui d’avoir remporté cette bourse.

Deux élèves de la classe préparatoire ont exprimé leur satisfaction et leur gratitude.

A l’issue de la cérémonie, ils ont pu poursuivre leur échange avec les ingénieurs présents autour d’un verre de l’amitié.

EM

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button