le policier qui n’a pas pris la plainte de la victime de violences conjugales a été suspendu

INFOS TV BFM – Le directeur général de la police nationale a décidé de suspendre les policiers par mesure de précaution.

Le policier qui n’a pas pris la plante de la victime de violences conjugales le 13 novembre a été suspendu par mesure de précaution par le directeur général de la police nationale (DGPN), a appris BFMTV de sources policières.

L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie vendredi après la violente agression dont a été victime cette jeune femme de 24 ans, battue par son ancien ami quelques heures après s’être montrée importune au commissariat de Blois.

La victime, qui a été placée dans le coma, a subi “d’importantes lésions cérébrales hémorragiques”, a précisé la procureure de la République de Blois, Charlotte Beluet.

Lire Aussi :  quand le téléphone des services publics sonne dans le vide

Plus tôt ce mardi, le policier a été entendu par l’IGPN dans le cadre de l’enquête administrative ouverte après l’attentat, a également appris BFMTV.

Son ancien ami a été arrêté

Au plan pénal, une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Blois pour tentative de meurtre. Ex-ami de la victime, 27 ans et “connu de la justice” […] pour faits de violences”, a été interpellé le 15 décembre à Plaisir, dans les Yvelines.

Lors de son audition, il a déclaré vouloir “obtenir une explication”, notamment sur la rupture. Il a reconnu avoir donné plusieurs coups de pied “écrasants” à la tête de la victime mais a cependant “contesté avoir l’intention de tuer son ancien ami”.

Lire Aussi :  rejet de la plainte de l'Ordre des médecins contre le Pr Perronne

Près de 200 personnes devant le commissariat

Ce mardi, entre 150 et 200 personnes ont manifesté dans les rues de Blois devant le commissariat de la ville pour dénoncer les actions policières contre les violences faites aux femmes.

Cette affaire « reflète notre société où nous ne faisons pas notre devoir contre les violences faites aux femmes. […] Ce qui est fondamental, quand on reçoit une femme, c’est de savoir si elle est en sécurité”, a déploré Micheline Dupont, du collectif Droit des Femmes 41, à l’initiative de l’assemblée.

Lire Aussi :  La première entreprise de France en manque de main-d’œuvre

3919 : numéro de téléphone pour les femmes victimes de violence

“3919”, “Violence Femmes Info”, est le numéro de référence national pour les femmes victimes de violences (conjugales, sexuelles, psychologiques, mariage forcé, mutilations sexuelles, harcèlement…). C’est gratuit et anonyme. Il propose de l’écoute, de l’information et de l’orientation vers l’accompagnement et les dispositifs d’accompagnement. Ce numéro est géré par la Fédération nationale Solidarité femmes (FNSF).

Mélanie Vecchio avec Théo Putavy

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button