En Normandie, la première pierre de l’extension du Campus international du Cheval est posée

Hervé Morin, président de la région Normandie, Jean-Léonce Dupont, président du département du Calvados, Malika Cherrière, présidente de Normandie Équine Vallée, Joël Bruneau, président de Caen-la-Mer et Hélène dal Corso, présidente du Fonds EPERON, posé la première pierre de l’agrandissement de la plateforme dédiée à la recherche en santé équine à Saint-Contest, près de Caen. Une initiative qui symbolise l’engagement fort des collectivités normandes dans la filière équine L’ouverture de l’extension est prévue au printemps 2024.



Portée par le syndicat mixte Normandie Équine Vallée, l’extension de la plateforme dédiée à la recherche en santé équine à Saint-Contest, près de Caen, a été présentée à l’occasion de l’édition 2021 des Equidays. Il permettra de créer une unité de recherche en génomique, d’accueillir de nouvelles entreprises de biotechnologies appliquées à la santé équine et d’accompagner le développement des groupes de recherche du Labéo et de l’Université de Caen Normandie présents sur le site. L’extension devrait ouvrir au printemps 2024.



Établir des compétences scientifiques internationalement reconnues

Normandie Équine Vallée a pour ambition de créer sur ses deux sites, Goustranville et Saint-Contest, un campus équin attractif, à dimension internationale et multi-acteurs, créant des synergies entre la recherche, la formation et les facteurs économiques de la filière. Cette concentration de compétences scientifiques internationalement reconnues est unique au monde. Le site de Saint Contest, créé en 2016, héberge déjà le laboratoire de recherche équine Labéo, l’unité de recherche Biotargen de l’Université de Caen Normandie, le Réseau d’Epidémiosurveillance en Santé Equine (RESPE), ainsi que les startups d’Equiways et Equibiogens.

Lire Aussi :  Manifestations historiques en Chine : comment la Coupe du Monde au Qatar a provoqué la colère des Chinois

Forte de son succès, la plateforme s’est rapidement révélée trop petite pour accompagner la croissance d’entreprises dynamiques et de laboratoires de recherche. L’objectif de l’extension est d’accompagner le développement des activités des groupes présents, mais aussi de créer de nouveaux axes de recherche en ouvrant une unité de génomique qui permettra de mettre en relation de nouveaux partenaires comme le centre François-Baclesse. L’extension accueillera de nouvelles entreprises avec des modules dédiés. Enfin, il réunira la communauté scientifique dans un auditorium de soixante-quinze places, notamment pour l’organisation de congrès internationaux.



Un plan de financement multi-partenaires et des acteurs locaux

Le budget de l’opération, fixé à 5,56 millions d’euros, est financé par le département du Calvandos à hauteur de 1,96 million d’euros, la région Normandie à hauteur de 1,35 million d’euros, le fonds EPERON à hauteur de 1,33 million d’euros et le règlement de Caen-la-Mer jusqu’à 300 000 euros. « Comme pour la plupart des projets, le budget est directement impacté par la crise et la hausse du coût des matériaux. Ainsi, le budget du projet sera supérieur aux prévisions, mais le plan de financement est en cours de finalisation avec les différents partenaires financiers du projet., précisent les communautés impliquées dans un communiqué de presse publié aujourd’hui. Pour la réalisation de ce projet, le département du Calvados a cédé au syndicat mixte un terrain de 4 700 mètres carrés d’une valeur de 428 000 euros.

Lire Aussi :  Un pont suspendu s'effondre en Inde : au moins 75 morts

Le bureau d’architecture DHD, basé à Saint-Contest, a été choisi pour réaliser ce projet. Il anime un groupement de bureaux d’études implantés dans le Calvados et la Seine-Maritime. Les treize entreprises engagées pour réaliser les travaux sont également toutes régionales et sont implantées dans le Calvados pour beaucoup d’entre elles. « Ce projet aura donc un impact économique direct sur le tissu des PME et ETI régionales », communautés d’accueil. Vous pouvez voir le film de présentation du projet sur le site de Normandie Équine Vallée.



Ils ont dit

« Cette filière équine, par son dynamisme et les nombreux projets qu’elle soutient, est une belle opportunité pour notre département »a rappelé Jean-Léonce Dupont, président du Calvados. « Cela alimente une économie forte qui crée des emplois. A Saint-Contest comme à Goustranville récemment, avec le développement de notre plateforme de recherche équine et son agrandissement, sans oublier Labéo, tous nos savoir-faire et nos forces se conjuguent pour montrer à toute la filière et aux chercheurs en particulier, enseignants, étudiants et équins professionnels de santé, notre volonté de faire de Normandie Équine Vallée un pôle de référence en Europe et dans le monde. Au-delà de notre territoire, ce campus international et notre marque Normandie Équine Vallée portent aussi la voix de notre ambition commune.

« Normandie Équine Vallée, avec ses deux établissements, offre une concentration sans précédent d’équipements de pointe alliant recherche, enseignement supérieur, investissements privés et publics à la disposition de tous les professionnels du cheval, chercheurs et vétérinaires, ainsi que les propriétaires de chevaux » .a déclaré Hervé Morin, président de la Normandie. « C’est donc un très bon atout pour l’image de la Normandie et son attractivité. et c’est bien sûr une façon de dire très simplement à la planète cheval : “Si tu veux investir, il faut le faire avec nous !” En fait, ils le font de plus en plus.”

« Caen-la-Mer souhaite soutenir des filières d’excellence comme la filière équine. Ce secteur contribue non seulement à la richesse de notre territoire, mais rayonne également notre savoir-faire bien au-delà des frontières de la Normandie.”a conclu Joël Bruneau, président de la communauté d’établissement.

Lire Aussi :  Route du Rhum - "La mort n'a pas voulu de moi..." : l'incroyable récit de Fabrice Amedeo après son accident






Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button