En Belgique, des prix “30/35% supérieurs” à la France

Fin septembre, en Belgique, les prix de l’électricité ont augmenté de 81,3% en un an, et les prix du gaz de 134,9%
selon les chiffres de écurie,
Agence statistique belge : c’est 5 à 8 fois plus élevé que le chiffre observé en France sur la même période (+10% jusqu’à présent respectivement sur l’électricité, plus 30% sur le gaz).

Logo bleu français

S’il augmente autant, c’est essentiellement pour deux raisons : premièrement, La Belgique ne prévoit pas de bouclier tarifaire comme en France, mais des aides ciblées, et une baisse de la TVA, qui ne se joue pas beaucoup. Ensuite, parce que la Belgique est très dépendant du gaz norvégien, qui connaît des difficultés d’approvisionnement à cause du changement climatique, en plus du manque de gaz de l’Ukraine.

400 euros de plus par mois pour la facture d’électricité

Pour beaucoup de gens, cette augmentation des prix de l’électricité est réelle défier. Il y a d’abord des particuliers, comme Kévin, un pompier français installé en Belgique il y a cinq ans, à Templeuve (commune de Tournai en Belgique), à ​​quelques centaines de mètres de la frontière. “Nous payons 150 euros par mois pour l’électricité“, se souvient-il.”Mais là, depuis novembre, notre contrat fixe s’est arrêté, pour passer à un contrat variable. On nous parle désormais de la facture d’électricité à 552 euros par mois pour être dans le prix du marché. Il nous sera difficile de gagner plus de 400 euros tous les mois : notre salaire n’augmente pas comme le prix de l’électricité !

Depuis octobre, tout le monde fournisseur d’énergie a cessé de proposer des forfaits gaz et électricité, ce n’est plus jouable : toutes les compagnies ne proposent que des prix variables, qui explosent en ce moment. Comme beaucoup de Belges ont des contrats qui sont renégociés chaque année, voire plusieurs fois par an, la facture est pénible. Début janvier 2023, le Les taux fixes reviendront, mais la situation n’est pas bonne
: le risque est de payer cher aujourd’hui, alors que le prix pourrait baisser dans les mois à venir.

Un de mes voisins est monté à 1200 euros par mois en proposition, il a une maison plus grande, une pompe à chaleur…“, note Kévin.”Tous les Belges sont dans la même situation aujourd’hui, dès que les taux fixes cessent de passer aux taux variables, on se retrouve dans le même pétrin !

Pour les professionnels, la facture est jusqu’à 30% plus élevée qu’en France

Une cuisine qui se vit aussi en entreprise. Kévin Dejas, propriétaire bowling Thémis, à Mouscron
, regardant sa facture s’envoler. “Nous avons payé 400 euros de plus par mois depuis un mois, en termes de factures d’électricité : je suis passé de 1 800 à 2 900 euros par mois ! Et encore, il y a des travaux d’isolation…“, il s’est plaint. Ici, ce qui coûte cher, c’est un projecteur, voire un tapis de course pour ramener la balle. Il pourrait passer à un système de machine à cordes pour produire des épingles, au lieu de l’actuel ascenseur énergivore. “Mais pour cela, il faut investir 300 000 à 400 000 euros ! Et puis nous avons trois clubs de bowling ici, je ne pense pas que ce soit bon pour eux.

À l’intérieur la friterie à côté du bowling
et qui peut accueillir jusqu’à 250 personnes, 10 tonnes de pommes de terre à la friteuse chaque mois, ce qui rend l’augmentation encore plus vertigineuse : “Par rapport à avant le début de cette crise énergétique, nous sommes à une augmentation mensuelle de 1800 euros pour l’électricité, 1400 euros pour le gaz“.

Encore 50 cents pour une partie de bowling

Pour l’instant, Kévin retient sa surprise, mais il est obligé de baisser le prix de certains plats : “Nous sommes en hausse d’environ 5 %, et encore une fois, heureusement, nous avons la chance d’être très compétitifs sur nos achats en volume, sinon nous ne serions pas en mesure de“.

Kevin regardait maintenant avec une certaine inquiétude renégociation de ses futurs contrats de gaz et d’électricité. Pour l’instant, c’est encore sur le tarif négocié en mars-avril 2022. Mais dans quelques mois, le tarif en attente pourrait alourdir la facture, même si fin décembre, nous avons enregistré une légère baisse des prix
.

Pendant ce temps, même au bowling, Kevin a dû augmenter son jeu de 50 cents. L’un des grands défis de ce début d’année 2023 est augmentations salariales liées à l’inflation décidées en Belgique à partir de janvier 2023
ce qui risque d’augmenter les coûts pour les entreprises belges.

Source

Lire Aussi :  nucléaire, éolien, solaire, à quoi tournera la France de demain ? Le débat public s’ouvre

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button