De Bruce Springsteen à Taylor Swift, « les prix des concerts s’envolent, au risque d’accentuer une fracture entre les publics »

SSeriez-vous prêt à débourser officiellement plusieurs milliers de dollars pour assister à un concert de votre chanteur préféré ? En juillet, lorsque Bruce Springsteen a mis en vente des billets pour sa prochaine tournée aux États-Unis, de nombreux fans ont d’abord pensé qu’il s’agissait d’une mauvaise blague. Ou un bug sur les serveurs de la société Ticketmaster, premier fournisseur mondial de billets de concert. A l’ouverture de la billetterie, certaines places étaient affichées à… 5 500 dollars (5 280 euros), un prix généralement réservé aux sites de revente ou au marché noir.

Lire aussi : Articles réservés à nos abonnés Taylor Swift, la dernière pop star planétaire

Mais il a vite dû trancher : ce billet onéreux n’était pas suspect. Selon la loi des prix joliment dite “dynamique”, Ticketmaster, en parfait accord avec le producteur de l’événement, augmente le prix de certaines places en fonction de la demande. Plus il est élevé, plus le prix est élevé. Résultat, pour une tournée aussi attendue que Bruce Springsteen, le prix s’affole et atteint des records.

Lire Aussi :  [Critique livre] Grimelda Hauchecorne - Cassandra O'Donnell

Ce système a longtemps été appliqué aux sièges vendus par les compagnies aériennes ou ferroviaires, comme la SNCF. Cela permet à ces compagnies de moduler leurs prix en fonction de l’offre et donc, en théorie, de mieux assurer le remplissage de leurs trains ou avions. Dans le sport aussi, les grands clubs organisent leur propre revente de billets et, là aussi, plus les rencontres sont prestigieuses, plus il faut mettre la main au portefeuille.

Lire Aussi :  Redcar (ex-Christine and the Queens) dénonce les commentaires transphobes
Lisez-le aussi Articles réservés à nos abonnés Il était une fois en Amérique de Bruce Springsteen

Mais viens ça tarification dynamique dans le monde du spectacle, et plus particulièrement pour des artistes en tournée comme Bruce Springsteen, réputé “proche du peuple” et pratiquant généralement des prix – relativement – modérés pour ses concerts, provoquant un grand émoi outre-Atlantique. Trahison de ses fans, système scandaleux, cupidité… Le “Boss” et son groupe ont fait bourdonner les oreilles pas à cause des larsens de la guitare.

Gangrène du marché noir

Il y a quelques jours, Springsteen revenait sur la polémique dans une longue interview accordée au magazine Pierre roulante. Il considère cette inflation. “Au cours des quarante-neuf dernières années, nous avons joué en dessous du prix du marché. J’ai adoré. C’était bon pour les fans. Aujourd’hui, j’ai 73 ans. Je veux faire ce que tout le monde. C’est arrivé. Acheter des billets est toujours déroutant, pour le public et le même joueur. Le plus important est que la majorité de nos billets soient abordables. Ensuite, vous avez ces billets dont le prix va monter, très haut. De toute façon, le site de revente ou quelqu’un d’autre va prendre cet argent. Donc ce que je dis c’est, pourquoi cet argent ne va-t-il pas aux gens qui transpirent sur scène pendant trois heures ? »

Il vous reste 53,57% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Lire Aussi :  Eddy Mitchell dézingue la « Star Academy » : « Des chiens savants qui chantent » 

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button